, Salima Naji au Aga Khan Award for Architecture : Préservation des Greniers du Sud Maroc

Salima Naji oeuvre depuis plus de 10 ans dans la région de Guelmim au Maroc où elle conduit le « Programme de préservation des architectures sacrées et collectives des oasis« . Architecte DPLG, cette dernière a plus d’une corde à son arc puisqu’elle est aussi docteur en Anthropologie. Travaillant en étroite collaboration avec les artisans locaux comme les maçons, elle privilégie les matériaux régionaux et remet à l’honneur les techniques ancestrales comme le pisé s’inspirant des enseignements de l’architecte égyptien Hassan Fathy.

, Salima Naji au Aga Khan Award for Architecture : Préservation des Greniers du Sud Maroc

Gardienne des traditions

Cette chercheuse s’est d’abord intéressée au Sud marocain et aux traditions artistiques des kasbas, puis aux greniers citadelles bâtis avec un matériau emblématique, la pierre, se consacrant ensuite aux très nombreuses traditions orales. Dans le même temps elle s’est investie culturellement dans la réhabilitation des igudars, mosquées et ksours mais aussi dans la sauvegarde de la médina de Tiznit.

A Lire :  Réalistes Coups de Pinceaux Géants aux Crayons de Couleurs

En route pour le « Aga Khan Award for Architecture »

L’architecte anthropologue aux nombreuses récompenses a entrepris la restauration de greniers collectifs d’Amtoudi, la rénovation de Qsar Assa, port saharien, zaouïa mais aussi cité sainte au riche passé historique, lieu menacé de ruine et le sauvetage du très joli village d’Agadir Ouzrou, foyer de civilisation millénaire avec ses monuments typiques en terre crue.

, Salima Naji au Aga Khan Award for Architecture : Préservation des Greniers du Sud Maroc

Ce réseau de greniers fortifiés a vu son déclin arriver avec celui de l’architecture traditionnelle berbère. En effet la propagation d’une architecture moderne normalisée venue du Nord a provoqué l’obsolescence des méthodes ancestrales de construction, laissant de côté patrimoine religieux et l’identité propre de ces lieux.

A Lire :  Avec un Stylo 3D, Elle sculpte la Nissan Qashqai Grandeur Nature

Cette sélection honorifique rend hommage à un travail de fourmi et de longue haleine tant au niveau architectural, patrimonial qu’au niveau humain sans oublier un engagement personnel et auprès des populations concernées d’exception dans la région du Grand Sud marocain. Souhaitons qu’en septembre le travail d’équipe de cette architecte humaniste soit parmi les 5 à 6 projets que récompensera le Aga Khan Award for Architecture 2013. Si vous souhaitez en savoir plus, le site de Salima Naji est ici.

A Lire :  Le Street Artiste Mark Jenkins Continue de Troller les Passants

, Salima Naji au Aga Khan Award for Architecture : Préservation des Greniers du Sud Maroc

, Salima Naji au Aga Khan Award for Architecture : Préservation des Greniers du Sud Maroc

, Salima Naji au Aga Khan Award for Architecture : Préservation des Greniers du Sud Maroc

, Salima Naji au Aga Khan Award for Architecture : Préservation des Greniers du Sud Maroc

, Salima Naji au Aga Khan Award for Architecture : Préservation des Greniers du Sud Maroc

, Salima Naji au Aga Khan Award for Architecture : Préservation des Greniers du Sud Maroc

Maxitendance voulait saluer le travail remarquable de cette architecte : d’ores et déjà être parmi les 19 restants sur plus de 400 au départ mérite toutes nos félicitations.

© Images : © AKAA / Cemal Emden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *