Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska

Natalia Sobanska vient de réaliser dans la zone d’exclusion de Fukushima des photographies qui obsèdent d’une ville dont la vie s’est arrêtée ce jour-là.

Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska

Photographies de Fukushima par Natalia Sobanska

C’est en effet en 2011 que la pire catastrophe depuis Tchernobyl a lieu à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi avec tremblement de terre et tsunami en parallèle. Ceci va bouleverser la vie pour toujours dans la zone environnante. Presque 10 ans après la tragédie, la photographe Natalia Sobanska se rend à Fukushima .

Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska

Cette catastrophe provoque malheureusement la mort de milliers de personnes. Alors que la radiation cause une mort, plus de 2000 personnes meurent en raison d’une détérioration à long terme provoquée par l’évacuation. Beaucoup plus souffrent encore de la perte de leurs maisons, de leur travail, et de leur communauté. Pour Natalia Sobanska, photographe des lieux abandonnés, c’était une occasion inespérée de satisfaire sa curiosité sur ce que la zone était devenue après le désastre.

Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska

Une ville fantôme qui a été figée dans le temps

Bien que Natalia Sobanska tenait à voir les effets du désastre, l’impact émotionnel était quelque chose auquel rien ne prépare. Celle-ci raconte : J’ai imaginé des endroits abandonnés là-bas – pas saccagés, juste délabrés et rouillés.’ ’Mais quand j’ai vu ça de mes propres yeux, j’ai vu la vraie ampleur de cette tragédie. Des milliers de personnes sont mortes, la plupart ont tout perdu. C’était plus dévastateur que je ne l’avais imaginé.’

Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska

Reconnaissante d’avoir eu la possibilité de capturer en images cet environnement unique, les rappels de la catastrophe nucléaire figurent dans toutes les photos. Et l’émotion apparaît telle une vague déferlante. Aussi après deux jours, celle-ci et le reste du groupe ont quitté la zone d’exclusion, à jamais changés par cette expérience vécue. Pour en savoir plus sur la photographe polonaise Natalia Sobanska, direction son site Internet, son compte Instagram et sa page Facebook.

Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska Fukushima photographies Natalia Sobanska, Dans la Zone d’Exclusion de Fukushima par Natalia Sobanska

Terriblement choquant…

A Lire :  A Londres les Hipsters se Font Enguirlander pour Noel

Via © Images : Natalia Sobanska

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *